Focus Ingrédients compléments alimentaires N°6 : Les Omégas 3

Complément alimentaire, les Oméga-3
©Kares-up

 

Vous souhaitez enfin comprendre les Omégas 3, les acides gras essentiels, l’EPA et la DHA ? Alors cet article est fait pour vous. En complément alimentaire, les Omégas 3 sont incontournables. Ce sixième focus ingrédient compléments alimentaires va décortiquer pour vous les liens entre les omégas 3, les acides gras essentiels, l’EPA et la DHA.

 

1) L’unité de base des lipides : les acides gras

 

Les lipides sont constitués de nombreux acides gras reliés entre eux. Les lipides sont une des grandes familles de macronutriments (comme les glucides, les protéines). Leur unité de base est l’acide gras.

 

En s’organisant en réseau bidimensionnel en milieux aqueux, les acides gras jouent un rôle structurel fondamental pour toutes les membranes biologiques (membrane cellulaire, membrane mitochondriale….). Ils constituent également des sources importantes d’énergie métabolique.

 

Certains acides gras peuvent comporter des insaturations (doubles liaisons sur les chaines carbonées cf photo d’illustration). On les appelle les acides gras insaturés.

 

Parmi ces acides gras insaturés, certains ne peuvent être synthétisés par notre organisme. Leur apport ne peut se faire que grâce à l’alimentation. Ces acides gras sont les fameux Acides Gras Essentiels.

 

C’est le cas de l’acide α-linolénique dont l’acronyme est ALA en anglais (Alpha Linolenic Acid). L’ALA est un Acide Gras Essentiel (AGE) précurseur de la famille des Omégas 3. Les Omégas 3 regroupent les Acides Gras qui possèdent leur première insaturation sur le 3ème carbone de leur chaîne carbonée. On représente l’acide α-linolénique de la manière suivante : ALA (C18 : 3).

 

L’ALA est le précurseur de la famille des omégas 3 parce qu’il va être transformé en acide eicosapentaénoïque (EPA) grâce à des réactions enzymatiques. Cependant, le taux de conversion est assez faible, c’est pourquoi la supplémentation est nécessaire pour un réel apport en EPA. Par la suite, l’EPA va se transformer en acide docosahexaénoïque (DHA).

 

Quid des Omégas 6 ?

Il existe un autre Acide Gras Essentiel (qui n’est pas synthétisé par l’organisme) : L’acide Linoléique ou LA (Linoleic Acid). Cet AGE comporte une première insaturation sur son 6ème carbone : c’est le précurseur de la famille des Omégas 6.

 

 

2) Le rôle des Omégas 3, de l’EPA et de la DHA

 

Les acides gras omégas 3 sont souvent recherchés en complément alimentaire.

 

En effet, dans le domaine cardio-vasculaire, les données scientifiques montrent que l’association des acides gras omégas-3 eicosapentaénoïque (EPA) et docosahexaénoïque (DHA) favorise :

 

  • Une diminution de la pression artérielle chez les personnes présentant une hypertension artérielle ;
  • Une diminution de la quantité de triglycérides dans le sang, un type de lipides qui, en cas d’excès, contribue au développement de maladies du cœur ;
  • Une réduction de la morbidité et de la mortalité cardiovasculaires chez les personnes présentant des pathologies cardiovasculaires.

 

Quant à l’acide gras oméga 3 docosahexaénoïque (DHA), il joue un rôle :

 

  • Dans le fonctionnement cérébral chez l’adulte au cours du vieillissement avec un effet positif sur le maintien de la santé mentale (dépression, démence, maladie d’Alzheimer…) ;
  • Dans la prévention de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

 

 

3) La formulation avec les Omégas 3

 

Les Omégas 3 sont issus de végétaux (noix, colza, soja, lin, chia, citrouille, chanvre, périlla) qui contiennent de l’acide alpha-linolénique (ALA) et d’animaux marins (les poissons gras comme le saumon, le thon, le maquereau, le hareng, la sardine et l’anchois, etc.) qui contiennent de l’EPA et du DHA qui sont très bien assimilés par l’organisme. Certaines algues marines contiennent des omégas 3 dont l’acide eicosapentaénoïque (EPA) en très faible quantité mais sont, à ce jour, très coûteuses.

 

Par ailleurs, il est conseillé de varier les sources d’omégas 3. En complément alimentaire, la supplémentation ne doit pas être exclusive en huile de poisson.

 

Enfin, dans l’alimentation française moyenne, le ratio entre les Omégas 6 et les Omégas 3 (LA/ALA) est de 15 pour 1. Or, l’ANSES (Agence Nationale de Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) recommande de ne pas dépasser un ratio LA/ALA de 5 pour 1. Par conséquent, en complément alimentaire, l’objectif est de rééquilibrer ce ratio en assurant un apport en Omégas 3 maximal par rapport aux Omégas 6.

 

Bien entendu, si vous souhaitez faire développer votre formulation en omégas 3 en des quantités de fabrication accessibles, n’hésitez pas à vous faire accompagner par Kares-up.

 

Raphaëlle DA COSTA
Fondatrice de Kares-up

Amaury ROBIN
Chargé d’analyse marché et support scientifique chez Kares-Up

Restons en contact !

Recevez nos prochains textes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *